Accès direct
Les collecteurs d’eau pluviales : gouttières ,descente, chéneaux

Les différents type de matériaux utilisés

Précédent
Suivant

Le zinc

 

Le ZINC est l’un des matériau le plus répandu pour les collecteurs d’eau pluviale.

Le zinc naturel est le zinc obtenu après les différentes étapes de transformation qui permettent de passer d'un métal pur à des produits. Il présente, au départ, un aspect métallique brillant qui se modifie par exposition aux intempéries en une patine naturelle d'un ton gris clair semi-mat. Il possède une excellente résistance à la corrosion et une longévité de 50 ans.

Plus récent et plus cher, l’addition de titane au zinc confère des qualités encore supérieures.

 

Le zinc prépatiné foncé se marie bien avec l'ardoise à laquelle il est très souvent associé.

Le pvc

 

La pose d’une gouttière PVC est aisée puisqu’elle ne nécessite pas de soudure ou d’autres équipements lourds. Les composants peuvent être collés ou emboîtés. Il se coupe très facilement à la scie à métaux par exemple.

 

Le PVC est idéal à cause de sa souplesse et de son coût.  

Résistant à la corrosion et aux agressions chimiques, il ne faut pas l'utiliser en région de montagne  car il devient cassant pendant les longues période de froid

 

L’aluminium

 

L’aluminium laqué possède des qualités de résistance à la corrosion excellente.

Des longueurs allant jusqu’à 20 mètres  sans joint de dilatation sont possibles. Elles s’installent sans soudure.

Alliant robustesse et esthétique, les gouttières aluminium possèdent un profil à fond rainuré en aluminium prélaqué , fabriquées en continu à partir d'un rouleau d'aluminium à l'aide d'une profileuse placée dans un fourgon-atelier spécifiquement aménagé. Cette technique permet de fabriquer une longueur de gouttière jusqu'à 20 m sans joint de dilatation.

Grâce a son profilage en continu et a l'alliage d'aluminium, sa forme en corniche, ses différents coloris et ses fixations, les gouttières aluminium en font un élément d'architecture de qualité et harmonieux.

La gouttière aluminium  est fixée par des crochets placés a l'intérieur de la gouttière.

Le cuivre

 

De tout temps, le cuivre a été utilisé comme matériau de couverture. En France, les premières couvertures ont été réalisées au début du XIXème siècle.

Il possède bien sûr une grande résistance à la corrosion même en climat très rigoureux.

La magie du cuivre naît de sa couleur brun-rouge, chaude. Le cuivre est une matière noble.

Il souligne le charme des matériaux traditionnels comme la tuile, l'ardoise, le bardeau ou la lauze. Le cuivre donne à la maison une touche de distinction et d'authenticité.

La patine dont se pare le cuivre au fil du temps, le protège pour toujours. Extrêmement résistant à la corrosion qui menace la plupart des métaux, le cuivre aime l'air marin et l’ atmosphère urbain. Indifférent aux variations de température, le cuivre supporte aussi bien la rigueur des hivers de montagne que les étés torrides des régions les plus chaudes.

Le prix est supérieur aux autres matériaux en partie dû à la pose par soudure réservé aux couvreurs zingueurs.

Les différents type de gouttières

A l’anglaise

 

Cette gouttière présentée sous forme d’une canalisation et posée sur une corniche ou un entablement.

Havraise

 

Elle se présente et s’installe comme la gouttière nantaise mais l’angle aigu est remplacé par une forme demi-ronde. La pente d’écoulement est obtenue en la relevant légèrement sur sa longueur.

Nantaise

 

C’est une gouttière supportée par des crochets et reposant sur une bande de doublis fixée avec un léger porte à faux. Sa base est relevé verticalement de façon à former un angle aigu et fini par un ourlet cylindrique ouvert.

 

 

Pendante

 

Ce modèle est le plus répandu car elle est la plus facile à mettre en oeuvre. De forme demi-ronde, elle est fixée sur l’égout de toit ou sur la planche de rive. L’ensemble est fixé par des crochets galvanisés tous les 50 centimètres environ tout en conservant une pente suffisante.